Adolescence et addictions :

En quoi la consommation de cannabis est t-elle un danger pour nous ?

Service gratuit facile et accessible à tous

Créer un site Internet pro

I L'analyse du problème

 

L'utilisation de cannabis peut simplement signifier «Je veux tester une nouvelle chose inconnue». Il peut également signifier quelque chose de bien plus important, un appel de secours : «Aidez-moi, je ne vais pas bien, je suis mal dans ma peau !». 
Entre ces extrémums, une large partition de cause à effet peuvent expliquer une telle habitude de consommation. Pour pouvoir agir dans l'interet des personnes concernées, il est essentiel de disséquer la situation avec minutie. En effet, le cannabis n’est pas une galéjade enfantine que l’on devrait mépriser. A l'inverse, les consommateurs ne sont pas tous obligatoirement dépendants ou proches d'une situation de gouffre !
L’évaluation la plus objective de la situation permettera de réagir de manière adéquate face au problème. Des jugements trop rapides en prenant des mesures drastiques se montrent bien peu à même de comprendre une situation. Ainsi de petits cas peuvent être surcotés, alors qu’une situation plus problématique aurait plus besoin d'une analyse bien plus assidue. C'est pourquoi il est très important d’observer l’adolescent dans son contexte global en prenant en compte l les trois facteurs principaux : 
L'école 
La famille
Le cercle des amis. 
A partir de la, une analyse ce fait d'une meilleure manière et que des decision peuvent etre prises.


L'utilisation de cannabis peut simplement signifier «Je veux tester une nouvelle chose inconnue». Il peut également signifier quelque chose de bien plus important, un appel de secours : «Aidez-moi, je ne vais pas bien, je suis mal dans ma peau !».

 

Entre ces extremums, une large partition de cause à effet peuvent expliquer une telle habitude de consommation. Pour pouvoir agir dans l'interet des personnes concernées, il est essentiel de disséquer la situation avec minutie. En effet, le cannabis n’est pas une galéjade enfantine que l’on devrait mépriser. A l'inverse, les consommateurs ne sont pas tous obligatoirement dépendants ou proches d'une situation de gouffre !

 

L’évaluation la plus objective de la situation permettera de réagir de manière adéquate face au problème. Des jugements trop rapides en prenant des mesures drastiques se montrent bien peu à même de comprendre une situation. Ainsi de petits cas peuvent être surcotés, alors qu’une situation plus problématique aurait plus besoin d'une analyse bien plus assidue. C'est pourquoi il est très important d’observer l’adolescent dans son contexte global en prenant en compte les trois facteurs principaux :

 

  1. L’école
  2. La famille
  3. Le cercle d'amis

 


A partir de la, une analyse ce fait d'une meilleure manière et que des decisions peuvent être prises.

II Mise en oeuvre d'un plan de "sauvetage"

 

Pour une grande majoritée d’adolescents, s'abstenir ad vitam eternam n’est pas chose simple : L'utilisation de cette drogue peut être liée à de réelle difficultés , à un mal-être ou aux des troubles psychologiques. L’adolescent en lui meme ne trouvera guere en lui la motivation et les ressources neccesaires afin d'arrêter. Il est alors vivement recommandé alors en plus de l'aide des parents de se faire aider par des spécialistes qui l’accompagneront et etudieront son cas lors de sa prise en charge.
Selon la dimension du problème, vous pourrez en parler à votre médecin généraliste, a l'infirmière de l'etablissement ou aux spécialistes. Les specialistes sont uniquement là pour proposer à votre enfant ou bien a vous-même une voix a suivre ou une aide adaptée a votre cas. N’hésitez pas à les consulter.
Tous ces professionnels sont bien sur tenus au secret médical.


Pour une grande majorité d’adolescents, s'abstenir ad vitam eternam n’est pas chose simple : L'utilisation de cette drogue peut être liée à de réelle difficultés, à un mal-être ou aux des troubles psychologiques. L’adolescent en lui même ne trouvera guère en lui la motivation et les ressources nécessaires afin d'arrêter. Il est alors vivement recommandé en plus de l'aide des parents de se faire aider par des spécialistes qui l’accompagneront et étudieront son cas lors de sa prise en charge.

 

Selon la dimension du problème, vous pourrez en parler à votre médecin généraliste, à l'infirmière de l’établissement ou aux spécialistes. Les spécialistes sont uniquement là pour proposer à votre enfant ou bien a vous-même une voix a suivre ou une aide adaptée a votre cas. N’hésitez pas à les consulter.

Tous ces professionnels sont bien sur tenus au secret médical.

 

Numéros et lieux utiles

  • ECOUTE CANNABIS : 0 811 91 20 20 (coût d’un appel local)

 

Depuis un portable : 01 44 93 30 74 (coût d’une communication ordinaire)
FIL SANTE JEUNES : 3224 (n° Vert Anonyme et Gratuit depuis un poste fixe)
  • FIL SANTE JEUNES : 3224 (n° Vert Anonyme et Gratuit depuis un poste fixe)

      Depuis un portable : 01 44 93 30 74                (coût d’une communication ordinaire)

 

POINTS ACCUEIL ÉCOUTE JEUNES (PAEJ)
Ce sont des lieux d’accueil, d’écoute et de parole qui s’adressent aux jeunes 
les plus en diffi culté. Une de leurs missions est la prévention des conduites 
à risques

 

  • POINTS ACCUEIL ÉCOUTE JEUNES (PAEJ):

      Ce sont des lieux d’accueil, d’écoute et de

      parole qui s’adressent aux jeunes les plus en

      difficulté.

 

  • Pour connaître la structure d’accueil la plus proche de chez vous :
    par Internet : 
    www.drogues.gouv.fr / rubrique “adresses utiles” pour trouver toutes les coordonnées des services spécialisés par département ou par région.

 

      http://www.drogues.gouv.fr / rubrique

      “adresses utiles” pour trouver toutes les           coordonnées des services spécialisés par             département ou par région.